Galerie

Achat | Vente

Artistes

Commande  

(vide)

Informations



L-N VAN BLARENBERGHE, Sergent recruteur du régiment Soissonnais Infanterie

En stock

Ajouter à la commande


Louis-Nicolas van BLARENBERGHE, Le Sergent recruteur du Soissonnais infanterie, miniature vers 1762-1769.


Prix/price : nous consulter.

Miniature sur vélin /miniature on vellun

H. 3,4 cm, L. 5,1 cm

Circa 1762-1769

Cadre à réverbère en or émaillé de blanc.

Dans un écrin en maroquin rouge du XIXe siècle marqué au petit fer: "BLARENBERGHE".


PROVENANCE : - Collection M.H., 21 mai 1932, Paris, Drouot, Me H. Baudoin, experts Georges Guillaume et F. Max Kann, n° 13 « Blarenberghe (Louis-Nicolas van) », vendu 2000 F.
- Drouot, lundi 21 novembre 2009, Me Robert, n° 71 repr. « attribué à van Blarenberghe », reproduit dans la Gazette de Drouot annonçant la vente.

BIBLIOGRAPHIE : Nathalie Lemoine-Bouchard,  Les van Blarenberghe catalogue raisonné,  thèse inédite, Sorbonne Paris IV, 2004, n° VBm422 « Le Sergent recruteur ».

 

Très au fait des matières militaires depuis sa formation à Lille avec son père, Louis-Nicolas van Blarenberghe (Lille, 1716- Fontainebleau, 1794) entra en 1768 au ministère de la Guerre comme peintre de bataille, et en obtint le brevet en 1769. Dans cette oeuvre tout à fait typique de l'artiste, les détails sont si précis qu'il a été possible à J.L. Vial d'identifier le Soissonnais, 23e régiment d’infanterie. Nous le remercions très vivement pour son aide et ses recherches.

Il y a dans cette miniature tout un jeu à observer entre les personnages. La scène se déroule en trois temps. A droite, la vie ordinaire devant l’auberge, avec le tavernier faisant signe au tambour de passer son chemin car le recrutement a déjà été fait. Il désigne l'homme en rouge et bleu à gauche de la miniature qui saute de joie avec sa bourse pleine dans la main gauche et qui de sa main droite levée semble faire le V de la victoire; le soldat qui sautille en face de lui, tenant une femme à son bras, semble ravi de voir cet homme sur le point de partir, et regarde la femme qu'il a au bras avec l'air entendu. La femme, elle, reste figée et semble incrédule: on remarque le geste de son bras droit qui marque son arrêt, comme si elle voulait stopper le cours des choses. A l'extrême gauche, on aperçoit probablement un autre tambour assis discutant avec un autre soldat postés à l'entrée du village. Au centre la scène se poursuit avec une nouvelle recrue qui accepte quelques pièces, et qui a l'air bien benêt. Le rôle de celui qui l'a introduit au sergent  -et qui occupe la place centrale de la composition -est laissé à l'appréciation du spectateur. On remarque que dans le processus décrit par l’artiste il y a le vin, les femmes et l'argent, puissants moteurs pour s'engager.
Le peintre établit un jeu subtile avec son spectateur à qui il donne plusieurs niveaux de lecture, de petites histoires de la vie d'alors vues avec humour et bonhommie, mais aussi des détails techniques très précis comme la taille réglementaire du tambour ou la forme des galons de livrée.
Le tambour du fond à gauche mesure 2 mm de haut et le sergent recruteur au centre, 1,7 cm.

Les uniformes représentés ici sont réglés par les ordonnances de 1762 et 1767 (qui complètent les précédentes) et datent ainsi la miniature entre 1762 et 1769 si l’on considère que les réformes ne s’appliquaient que progressivement.

Etat : bon

petites griffures à l'écrin; une restauration minime au filet d'émail blanc du cadre

Le sergent recruteur du régiment Soissonnais Infanterie
Blarenberghe, miniature sergent recruteur du régiment Soissonnais Infanterie
van Blarenberghe, sergent recruteur du Soissonnais Infanterie
van Blarenberghe, écrin
L-N VAN BLARENBERGHE, Sergent recruteur du régiment Soissonnais Infanterie
L-N VAN BLARENBERGHE, Sergent recruteur du régiment Soissonnais Infanterie

Siège social : 22 rue Pierre Leroux, 75007 Paris.
Correspondance : 23 quai Voltaire, 75007 Paris. Tel: 06.61.72.27.34 - Contact
©2018 Nathalie Lemoine-Bouchard, tous droits réservés.