Galerie

Achat | Vente

Artistes

Commande  

(vide)

Informations



CORBET, Portrait de Nicolas Appert, inventeur

En stock


E. Corbet, très rare Portrait de Nicolas Appert, inventeur de l'appertisation, miniature


Prix/price : 4 800,00 € 

Miniature sur ivoire, rect. : H. 5 cm, L. 4,5 cm (irrégulier)

Reste de la signature en bas à droite : Cor […]

Vers 1820

Inscription ancienne sur le montage : Nicolas / appert/ inventeur/ par/ Corbet

Cadre rect. en bois et laiton doré, XIXe siècle: H. 10,8 cm, L. 9,8 cm

Verre neuf.

 

 

Edouard-Joseph Corbet commença sa carrière par la sculpture. Il fut élève de l’Académie de Lille en 1791-1792 et est signalé par Schidlof comme travaillant en 1793 à Bruxelles pour l’éditeur républicain Lagarde. On retrouve Edouard Corbet s’inscrivant le 28 ventôse an 7 (1799) à Paris, à l’école de l' Académie de peinture, à l’âge de 27 ans, comme élève du sculpteur Rolland. Il demeurait alors rue des Moulins Butte St Roch. Dès 1798, il fréquente Louis Léopold Boilly et Jean-Baptiste Isabey; en 1802, il devient élève de JBJ Augustin. En 1805, Corbet est installé comme peintre en miniature rue St Honoré, n° 78, près de la place Vendôme. En 1820, il est peintre en miniature Palais Royal, galerie de pierre, n° 50. Il exposa au Salon de Lille en 1820, 1822, 1824.

Edouard Corbet se mit semble-t-il à la miniature vers l’âge de trente ans et fut un très bon artiste dont nous avons d'autres oeuvres à notre catalogue : ses portraits sont plein d’expression. Schidlof trouvait son art influencé par Aubry, mais l’influence première d’Augustin est certaine, en particulier dans l’intensité de vie qu’il donnait à ses modèles. Corbet continua de Paris à entretenir ses relations avec Douai et compta dans sa clientèle la comtesse Merlin et son époux, le célèbre avocat Merlin de Douai. Il peignit sous l’Empire plusieurs portraits de militaires dont celui du comte de Ségur.

Ce portrait inédit de Nicolas Appert (Châlons sur Marne, 17 novembre 1749 – Massy, 1er juin 1841), dont l'invention - l'appertisation - a révolutionné la façon de conserver les aliments et sauvé bien des hommes de la disette, est une découverte majeure pour l'iconographie française car les effigies de l'inventeur sont extrêmement rares. Il a vraisemblablement été réalisé au début des années 1820 , lorsque Corbet tenait son atelier au Palais-Royal. L'artiste le montre l'oeil vif malgré son âge avancé, dans sa chemise à haut col et son bonnet blanc.

On connait d'Appert notamment une gravure sur bois vers 1841 où il porte un bonnet similaire (photo aditionnelle Wikipedia).

 

Musées conservant des oeuvres de Corbet : M.A.D. Paris ; musée de la miniature, Montélimar ; musée historique lorrain, Nancy. La bibliothèque municipale de Lille conserve plusieurs portraits dessinés de la famille Corbet (fonds Lemaire).

Iconographie de l'artiste : Edouard Corbet figure notamment en haut à gauche dans la Réunion d’artistes, 1804, de Louis-Léopold Boilly, gravé par A. Clément, et qui rassemble les amis de Boilly présents dans son tableau  Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey, présenté au Salon de 1798.

 

Etat: bon; restauration à la couche picturale au bord droit; début de fendillement stoppé en haut à gauche (0,5 cm) sous le cadre. Verre neuf.

 

Extremely rare portrait of Nicolas Appert, who invented a new way to preserve food, by Edouard Corbet, miniature painter who studied with JBJ Augustin.

Condition: good after restauration on the background right handside; small hairline stopped upper left under the frame.

 

 

 

 

CORBET, Portrait de Nicolas Appert, inventeur
CORBET, Portrait de Nicolas Appert, inventeur
CORBET, Portrait de Nicolas Appert, inventeur
CORBET, Portrait de Nicolas Appert, inventeur
CORBET, Portrait de Nicolas Appert, inventeur

Siège social et correspondance : 13 rue des Petites Ecuries, 75010 Paris. Tél : 01.53.34.05.33  - Contact
©2015 Nathalie Lemoine-Bouchard, tous droits réservés.