Galerie

Achat | Vente

Artistes

Commande  

(vide)

Informations



Mme Jean-François Heurtier, née Marie-Victoire Jobbé, vers 1790


Marie-Victoire Jobbé (vers 1765- Grand Maisons, Villepreux, 1797 ?), épouse de l'architecte JF Heurtier, châtelaine de Villepreux, assise, vers 1790


Prix/price : nous consulter.

Miniature sur ivoire

Diam. 8 cm

Cerclage en laiton

Restes d'inscription au revers donnant le nom du modèle

 

VENDUE

Marie Victoire Jobbé (vers 1765- Grand Maisons, Villepreux, 1797 ?) était issue d’une famille d’orfèvres. Elle était la fille d’Antoine Louis Jobbé, maître fondeur acheveur à Paris puis marchand orfèvre enregistré en novembre 1786 (mort en 1798) et d’Anne Françoise née Chambert, fille de Jacques Chambert, marchand orfèvre à Versailles. 

Elle épousa le 6 novembre 1786, à Villepreux, église Saint-Germain-d'Auxerre (Yvelines), l'architecte Jean-François Heurtier, alors inspecteur général des bâtiments à Versailles.  Né à Paris le 6 mars 1739, sur la paroisse Saint- Eustache, il était le fils d’un marchand vinaigrier et avait perdu son père à l'âge de huit ans. Il fut élève de Legeay et premier prix de Rome d'architecture en 1765. A son retour de Rome, il fut dessinateur de plans, puis inspecteur général des bâtiments à Versailles où il donna les plans du théâtre Montansier. Membre de l'Académie d'architecture depuis 1776, il fut chargé d'édifier la nouvelle Comédie italienne à Paris (1780-1783).

Marie Victoire Jobbé was born in a family of goldsmiths: she was the daughter of Antoine Louis Jobbé, registered in 1786 as goldsmith in Paris and of Anne Françoise née Chambert, daughter of Jacques Chambert, a merchant goldsmith in Versailles. She married in 1786 in Villepreux to an architect, Jean-François Heurtier, then general inspector in Versailles who gave the plans for the Montansier Theater of Versailles and of the new Comédie italienne in Paris (1780-1783). He was then owner of the former royal castle of Villepreux, that he bought at auction in 1779-1782.

 

En 1779-1782, il se porta acquéreur du château de Villepreux appartenant au domaine royal et qui, pour être mis aux enchères, était déclassé et considéré devoir être démoli. Il conserva intact le château, y habita et peu après obtint à rente les terres du parc. Quelques années plus tard, il y célébra ses noces avec la jeune femme représentée sur la miniature qui fut donc châtelaine de Villepreux. Le domaine avait été érigé en comté en 1707.

Le couple ne fut pas inquiété pendant la Révolution. Acquis aux idées de réformes, Heurtier eut la confiance des autorités versaillaises. En décembre 1792, le Directoire du Département lui donna mission de choisir au Château de Versailles les objets à conserver. Marie Victoire Jobbé mourut à Grand Maisons, Villepreux, vers 1797. Le château fut par la suite acheté par Thomas Merlin, célèbre collectionneur parisien, agent de change et esthète. Jean-François Heurtier se remaria et figure en profil en miniature avec sa seconde épouse sur une miniature de Sophie Regnault (1763-1825) datée de 1801 (Christie’s Paris, 18 mars 2004, n° 262 repr.). Il fut nommé membre de l'Institut. Sous l'Empire, il fut inspecteur de la voirie à Paris, puis en 1816, président du Comité des Bâtiments civils. Son oeuvre comme architecte sous l'Ancien régime mérite d'être tiré de l'oubli. Il mourut à Versailles en 1822.

They both lived in the castle of Villepreux and passed the Revolution without problems: Heurtier was acquired to the ideas of reforms. Marie-Victoire died there, at Grands Maisons, Villepreux, circa 1797. The castle was then bought by Thomas Merlin, a famous Parisian art collector. Heurtier remaried and became a member of the Institut. During the Empire, he was inspector in Paris. He died in Versailles in 1822.

Etat: bon; condition: good

 

Mme Jean-François Heurtier, née Marie-Victoire Jobbé, vers 1790
Mme Jean-François Heurtier, née Marie-Victoire Jobbé, vers 1790

Siège social : 22 rue Pierre Leroux, 75007 Paris. - Contact
©2019 Nathalie Lemoine-Bouchard, tous droits réservés.